Témoignages

Méthodes diverses

Phil (46 ans) - le 26 Janvier 2012
"Bonjour à tous, J'ai 46 ans, ai fumé depuis l'âge de 18 ans jusqu'à ce 21 octobre 2011.. entrée en matière très banale, commune, mais qui bizarrement me paraît hors propos'. En effet, le fait de parler de moi comme un fumeur, voir ex-fumeur me surprend. En effet après 3 mois d'arrêt, la question de re-fumer ou d'avoir fumer ne se pose même plus, à tel point cela m'est étranger. Je ne fume pas, point barre pourquoi voulez-vous que je m'y mette ? Certes les débuts (le 1er mois) ont été assez difficiles, mais finalement pas autant que l'angoisse de fumer, la peur permanente de la maladie à la première douleur intercostale, la toux monstrueuse du matin, l'essoufflement au 1er effort un peu soutenu et compagnie (je suis sur que vous connaissez).. et puis au bout de trois mois, je ne pense quasiment plus jamais à la cigarette . Je n'étais pas très accroc direz vous ? Et bien à un paquet et demi par jour, une note maxi au test de dépendance, une pose éveillée, toutes les nuits, pour aller en griller une sur la terrasse quelle que soit la météo, et les amis fumeur qui me disaient le jour ou toi tu arrêtes je m'y mets' (que des promesses d'ailleurs)..... La recette de tout cela : 1) déjà une trouille bleue de la maladie, l'impossibilité de courir 100m sans risquer de laisser un poumon sur la route, les gamins, qui même grands, laissaient transparaître leur désespérance de voir leur père souffrir à ce point (oui, c'est une souffrance de fumer)Tout cela, c'est la motivation 2) Un bon accompagnement par un tabacologue, vrai médecin, qui n'est pas un gourou aux recettes magiques et ne vous culpabilise pas Ça ce sont les soins comme pour n'importe quelle autre maladie' 3) Un peu de sport j'ai commencé doucement.... au bout de trois mois j'en suis à faire 40km de vrai VTT à fond la caisse sans aucun problème moi qui n'arrivait pas à courir 100m 4) La rupture progressive avec les habitudes liées à la clope.. Au début, je continuais à sortir avec les collègues fumeurs pour leur pose à sortir sur ma terrasse après le repas etc. mais avec un verre d'eau à la place de la cigarette. Progressivement, ces moments me sont devenus inutiles, remplacés par plein d'autres choses (lecture, sport, bricolage dans la maison etc), sachant qu'à raison de 3 à 5mn par clope, ce sont des journées entières de temps libre qu'on gagne. Plus de temps pour faire plein de choses y compris ne rien faire - Bref, une gestion du temps qui s'est réorganisée d'elle même. 5) Et puis, dernier ingrédient de la recette, ne pas se regarder le nombril en permanence en se disant "que je souffre d'avoir arrêté.. il faut que je tienne" Quand vous avez une grippe avec 40° de température, vous souffrez mais ne sombrez pas dans la dépression pour autant non ? Car vous savez que cela ira bien mieux dans quelques temps ? ...Et bien la clope c'est pareil en arrêtant, on ne se fait pas du mal, il ne s'agit pas de tenir' ou d'attendre dans la souffrance la révélation du jour ou ça ira mieux ! non, ça fait du bien d'arrêter et dès le premier jour Moi qui croyais ne jamais y arriver, trouvais plein d'avantages à la clope, je suis non fumeur. Si vous le voulez, vous le ferez. pourquoi attendre ? "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 

Autres témoignages pour Méthodes diverses: (cliquez sur Note ou Date pour trier)

Prénom:
 Avis des
lecteurs:
 
Date:
Antonio   14 Octobre 2017
didir   12 Octobre 2017
Sylvie   19 Janvier 2017
Jérôme   13 Décembre 2014
Philippe   08 Janvier 2013
Phil   26 Janvier 2012
katty   21 Juillet 2011
Anonyme   28 Février 2011
Monge   10 Décembre 2010
Mireille   25 Mai 2009
mireille   14 Mai 2009
Carole   15 Avril 2009
Anonyme   14 Avril 2009
Isabelle   23 Septembre 2008
Jo   10 Juillet 2008
Fred   11 Juin 2008
Nadia   20 Mai 2008
Katell   19 Octobre 2007
Valérie   05 Mars 2007
Geneviève   30 Avril 2006
 
plus de témoignages
Afficher les 43 témoignages