Témoignages

Substituts nicotiniques
Hélène (47 ans) - Nationalité Belge - le 01 Août 2018
"Addict aux Nicorettes 2mg pendant 13 ans... Bonjour à toutes et tous, J'ai 47 ans. J'ai commencé à fumer à 15 ans et ai fait un premier arrêt à 25 ans (arrêt brutal sans aucune aide) - j'ai repris une cigarette à 31 ans et du jour au lendemain j'étais redevenue fumeuse complète. A 35 ans, le pneumologue m'a signalé que j'étais une parfaite candidate à l'emphysème si je n'arrêtais pas rapidement. J'ai donc arrêté la cigarette (1 paquet/jour) avec des patchs il y a presque 13 ans. Puis, pour cesser les patchs, la pharmacienne m'a conseillé les chewing gums. 13 ans plus tard, je les mâchais toujours... A raison de 15 ou 20 chewing gums 2mg par jour, je prenais l'équivalent de 2 paquets/jour ! Le matin, c'était mon premier geste et la nuit il m'arrivait de me relever pour en mâcher. Il m'arrivait aussi régulièrement de courir à la pharmacie de garde pour en acheter et jamais personne (médecins, pharmaciens) ne m'a proposé d'arrêter, ils tenaient tous le même discours: au moins c'est mieux que la cigarette et ce n'est pas dangereux... Pourtant, j'ai développé un problème de glandes salivaires, probablement lié à ce pesticide que je mâchais à longueur de journée depuis tant d'années et ai décidé de tout mettre à la poubelle, sans m'inquiéter puisque selon les fabricants IL N'Y A PAS DE DÉPENDANCE A LA NICOTINE SEULE... et mon il avec ! Jour 1 - le jeudi 6 juillet 2018 - tout roule et je me dis que c'est super facile et que j'aurais pu arrêter plus tôt, il suffit de mâcher des chewing gums sans nicotine, je ne ressens aucun manque et me dis que c'est normal puisque les Nicorettes ne sont pas addictives selon le fabriquant. Jour 2: réveil en sueur le matin, chocs électriques dans le corps, crises de panique, système digestif en pagaille, palpitations, crises de larmes ... la totale; je me dis que j'ai attrapé un virus et je reste au lit Jour 3, 4 : je les ai passés au fond de mon lit à boire des litres d'eau, à suer, à pleurer, à dormir, à aller aux toilettes. Je n'avais toujours pas compris que c'étaient les symptômes de sevrage, je croyais au virus... normal puisque aucune littérature n'est disponible sur le sevrage des substituts nicotiniques. Du jour 5 au jour 28: - des crises de larmes sans savoir pourquoi, - l'impression d'avoir un nuage gris sur la tête, - humeur dépressive, - estomac noué, - anxiété surtout matinale avec sueurs intense au réveil - fatigue intense - cauchemars - réveils nocturnes fréquents - l'impression de "manquer" violemment de quelque chose, de tourner comme un lion en cage en moi-même - irritabilité, agacement sans savoir pourquoi, comme le petit caillou dans la chaussure qui un moment devient insupportable - mal-être avec l'impression d'être complètement à côté de mes pompes ... le package complet quoi. Le souvenir de mon arrêt de cigarette à 25 ans me revient en mémoire avec ce mal-être, cette anxiété etc. Malgré que je ne suis pas supposée subir de sevrage avec les substituts, je me dis que c'est quand même très semblable... 28è jour d'arrêt: depuis ce matin, je vois l'éclaircie dans le nuage gris. Suite à une discussion avec le stomatologue hier qui m'a dit que selon lui, j'étais en plein sevrage de nicotine, j'ai appelé aujourd'hui Stop tabac Belgique qui me confirme que ce que je vis est un sevrage sec - c'est comme si j'avais arrêté de fumer 2 paquets/jour du jour au lendemain. Les symptômes sont les mêmes que ceux du sevrage de la cigarette car la drogue est la même quoiqu'en disent les firmes pharmaceutiques... la nicotine est la nicotine. Ce qui m'a bien aidée: - beaucoup boire (2 à 3 litres d'eau/jour) - faire de la méditation de pleine conscience (youtube Christophe André) - de la respiration cohérence cardiaque (petite application gratuite Iphone) - me promener (quand je n'étais pas explosée de fatigue) - beaucoup me reposer - prendre des suppléments de magnésium, de vitamine C - attendre avec patience, en essayant de ne pas focaliser sur le mal-être violent que je ressentais Stop Tabac Belgique m'a conseillé de prendre des Oméga3, ce que je vais m'empresser de faire. Le plus dur est passé même si je sais que les prochaines semaines, les symptômes seront encore présents mais vont aller en diminuant. Cela dit, au bout de 13 ans, j'ai perdu la dépendance comportementale et n'envisage même plus de prendre une cigarette donc c'est plutôt positif :) Voilà mon parcours, si j'avais su que la dépendance à la nicotine des substituts était identique à celle présente dans la cigarette, j'aurais appelé Tabac Stop pour effectuer un sevrage un peu moins violent ou tout au moins, pour avoir un interlocuteur averti qui puisse m'informer au fur et à mesure des étapes. Le fait de savoir que ce que nous vivons est "normal", permet déjà de prendre du recul et d'éviter que l'anxiété tourne à la panique. Merci à l'équipe de Tabac Stop ! "
Catégories associées:

Florence (24 ans) - Nationalité Française - le 13 Avril 2017
"Bonjour à tous et à toutes, J'ai pris ma première cigarette à l'âge de 13 ans avec les copines un jour d'été. Pourquoi pas faire comme papa et comme les grands... Première expérience assez dégoûtante mais une cigarette en appelle une autre ... avec un petit temps d'adaptation à 14 ans j'étais déjà à un paquet/jour. A l'aube de mes 24 ans, j'ai commencé à me poser des questions à me demander pourquoi je m'infligeais tout ça : La toux, la dépendance, le manque d'activité, la fatigue, la diminution du goût, de l'odorat, les dents jaunes, les ongles, mes vêtements, l'envie de ne rien faire, aucune volonté de profiter et de vivre ma vie, ma famille, mes animaux, mon argent, les maladies que j'appelais quand j'en allumé une ... j'arrête là, la liste est trop longue ! Je vivais pour cette maudite cigarette et je n'avais goût à rien. J'ai 24 ans et seulement après 10 ans, après des années à être esclave de cette drogue. Je me suis dis arrête maintenant ça ne te sert à rien, regarde la vie que tu as, à 24 ans ! tu profites de rien, tu te rends malade, c'est ça la vie que tu veux et quand tu voudras un enfant, tu vas le détruire aussi comme tu te détruis ??? Et je me suis lancé, travail psychologique, renseignements sur le tabac, l'industrie du tabac, mes raisons d'arrêter. J'ai éteint ma dernière cigarette le 13 février 2017. Je m'aide avec des substituts nicotiniques (patch) cela fait maintenant 59 jours et 1189 cigarettes en moins. Je suis heureuse et tellement fière de moi, si vous saviez, le bien fou que ça fait de commencer à vivre à regarder le monde différemment, à faire des balades à vélo, du sport, de regarder ma peau s'éclaircir, mes dents, mes ongles, mon odeur, l'odeur de mes cheveux, la toux a disparu, la fierté des gens que j'aime, je me suis gâchée dans mes plus belles années ... Je dis pas que c'est simple, je suis passée par des moments de doute, avec une envie d'en rallumer une, même à me demander pourquoi j'avais arrêté. Il faut se battre, ne rien lâcher, se dire qu'on a pas besoin de ça ! Il faut arrêter par choix et avant qu'on ne vous l'impose et malheureusement quand on vous l'impose c'est déjà trop tard ! Je m'appelle Florence, j'ai 24 ans et ma vie commence. Courage à tous ça en vaut la peine "
Catégories associées:

brigitte (54 ans) - Nationalité francaise - le 02 Avril 2018
"Bonjour , j'ai arrêtè de fumer récemment il y a 5 jours . Je me suis levée et j ai dit stop a la clop !!!! J étais une grosse fumeuse , j'ai commencée à 16 ans jusqu'a mes 54 ans .et je n'ai jamais fais de tentative d'Arrêt car je savais au fond de moi que je n'étais pas prête , l idée d arrêter de fumer me terrorisée et me m'était dans un tel état. Mon rêve le plus fou était d'y arriver . Je met tous les matin un patch a 21 g pour l instant, aucune envie de fumer et aucune souffrance . Je suis une femme très angoissée de nature et pourtant plus d'angoisse depuis cet arrêt ! Je me sent super bien et joyeuse . a croire que le stresse vient souvent de la cigarette , car nous somme dans une dépendance étant fumeur et je pense que l 'on pert notre confiance ! Donc si j'y arrive , vous pouvez arrêter . "
Catégories associées:

Hélène (39 ans) - Nationalité suisse - le 03 Octobre 2005
"voilà 6 mois que j'ai cessé de fumer, grâce aux patches durant les 2 premiers mois, le temps de m'offrir de nouvelles habitudes sans souffrif du manque. Et puis j'ai arrêté les patches également et, mise à part un peu de nervosité à gérer, tout s'est formidablement bien passé. En fait, mes dernières années de fumée furent complètement dépourvues de plaisir et pleines de culpabilité ET JE ME RENDS COMPTE AUJOURD'HUI QU'IL M'ETAIT PLUS DIFFICILE DE FUMER QU'IL M'A ETE D'ARRETER !!! Arrêtons de dire qu'il est si difficile de cesser de fumer... ça ne sert qu'à effrayer les fumeurs et à les décourager définitivement... J'ai arrêté de fumer sans volonté exceptionnelle, sans prendre plus de 2 kg, et sans souffrir le martyr.Le désir de fumer est comme une bête au fond de notre ventre qui réclame sa substance... Elle ne fait pas partie de nous, elle y a été introduite et peut sans aller. Plus vite on lui coupe les vivres et plus vite elle disparaîtra. Diminuer la cigarette ne fait que maintenir la bête en vie. J'aimerais que mon témoignage rassure les futurs ex- fumeurs quant à la difficulté d'arrêter. Moi, je vis beaucoup mieux depuis que je ne fume plus. Je n'ai plus à gérer cette culpabilité face à mes enfants, à ma santé et à mon porte- monnaie. Je suis enfin en accord avec moi-même. Ca vaut vraiment le coup de s'y mettre sérieusement. Oubliez tout ce qu'on a pu vous dire à ce sujet, faites-vous votre propre expérience. Vous verrez, c'est beaucoup plus simple que prévu!"
Catégories associées:

marie-france (49 ans) - le 13 Octobre 2005
"maman nous a quitté il y a 2 mois d'un cancer des bronches à l'age de 78 ans. je l'ai toujours vu avec une cigarette à la main... meme sur les photos anciennes que je viens de redécouvrir... c'est mon seul plaisir maintenant nous disait-elle...je l'ai vu manquer d'air pour me parler, ne plus pouvoir avaler ne serait-ce qu'une goutte d'eau... et cela en l'espace de quelques heures..savait-elle son mal ?? toujours est-il qu'elle se disait punie de ces fichues cigarettes... une crise de détresse respiratoire plus forte, et la voilà mise en, coma thérapeutique à sa demande tant la souffrance était insupportable. je ne la reconnaissais plus, ne pouvais plus entendre sa voix, juste lui dire coimbien je l'aimais, la caresser...l'aider comme je pouvais. une semaine et puis, les fonctions vitales qui s'épuisent...elle ne s'est plus réveillée...c'était le 18 aout 2005. Je suis fumeuse moi aussi depuis 30 ans ... enfin j'étais... car depuis trois semaines, je n'ai plus touché à une cigarette. Comment pourrais-je etre amie, apprécier, m'entourer de celle qui m'a pris ma maman que j'aime tant ??? j'ai quatre enfants et j'aurai certainement bientot des petits enfants!! ma motivation a grandi, s'est affirmée, et après la découverte de ce site, ma décision s'est confirmée; je me suis inscrite à un module d'arret qui m'encourage beaucoup. j'ai pris conscience de trop de choses essentielles... je suis aidée également avec des gommes à macher. cela n'est pas si difficile que l'on pense; les bienfaits de l'arret du tabac sont pratiquement immédiats; je n'ai pas de difficultés quotidiennes particulières. je pense à mes enfants; je ne veux pas qu'ils vivent ce que je viens d'endurer; maman m'aurait certainement dit :"arrete tout de suite ma fille, c'est trop dur, de ne plus pouvoir respirer, je t'en prie écoute moi" et si elle me voit de là bas, elle doit etre fière de moi. je l'aimais tant."
Catégories associées:

delphine (35 ans) - Nationalité Française - le 19 Avril 2006
"bonjour, je désire surtout informer par ce message qu'il est possible d'arrêter de fumer. un soir devant mon ordi j'ai tapé sur un moteur de recherche : cigarette/cancer et là j'ai lu des témoignages et vu des images qui m'ont bouleversées...des centaines de témoignages anonymes qui disaient tous : ARRETEZ DE FUMER...et je me suis enfin dis " ARRETE DE REPORTER TON ARRET"...tous le temps je me disais "demain j'arrête de fumer" et ce depuis pratiquement le début de mon tabagisme (j'ai commençé au collège)...j'ai essayé , pour voir...au départ je comptais les heures et puis chaque fois que j'avais envie d'une clope je prenais un bonbon nicotine (pas un chinwg) pour m'aider à supporter ce "manque de cigarette"...et puis ensuite je me suis informée sur le net au maximum : et plus j'en apprenais plus j'avais envie de réussir mon arret...je suis donc persuadée aujourd'hui que le manque d'information concernant les mefaits du tabac dans les médias est VOLONTAIRE...en effet celà supprimerai certainement la manne financière que représente ce fléau : le tabagisme ...sachez que le manque de nicotine réapparait au bout de 20mn c'est pourquoi les fumeurs sont si vite en manque...il suffit de briser ce cercle fatidique et trés vite (au bout de quelques jours) le manque disparait et il ne reste que le manque psychologique à guérir, et c'est en fait un diaologue personnel à rétablir : arreter de fumer c'est commençer à s'aimer...et en plus ne pas engraisser l'industrie du tabac! VOUS POUVEZ AUSSI Y ARRIVER, SOYEZ EN CERTAIN...voilà plus de 6 mois que je ne maltraite plus mes poumons ! "
Catégories associées:

Jo (40 ans) - Nationalité français - le 10 Juillet 2008
"J'ai fumé de mes 20 ans à mes 30 ans, jusqu'à deux paquets par jour, voire plus. J'ai arrêté à l'aide de patchs. Pas trop difficile, malgré quelques jours de grande excitation quand j'ai stoppé les patchs au bout d'un mois. J'ai repris de 35 à 40 ans, jusqu'à presque un paquet par jour. J'ai arrêté, il y a six semaines, à nouveau à l'aide de patchs. Cette fois, c'est beaucoup plus difficile. Les symptomes de sevrage ont disparu en huit ou dix jours, mais sont réapparus quand j'ai baissé le dosage des patchs. Il y a donc dix jours que je suis à nouveau assez irritable (j'arrive à me contrôler, mais c'est très fatigant). J'ai beaucoup de mal à me concentrer (pas facile à gérer au boulot...). Je m'endors mal. Je tiens bon par plusieurs moyens : - Plus c'est difficile, plus je me dis qu'il est hors de question d'avoir à revivre un jour cette période de sevrage. Et il est hors de question de fumer toute ma vie. Donc il est totalement exclu de reprendre une cigarette. - J'arrive à gérer mon irritation en me souvenant de sa cause. Si la seule raison de m'énerver contre mon voisin est le manque de nicotine, il n'y a pas de raison de lui montrer mon énervement. Au contraire, la cause vient de moi donc c'est à moi de faire l'effort de me calmer. Je respire un bon coup, je me fais un sourire (un vieux truc donné par ma mère, ça aide faire passer le stress), et j'attends que ça passe. - Les symptomes de manque augmentent quand je manque de sommeil. Je sais que je peux réguler ces symptomes lorsqu'ils deviennent trop pénibles en me couchant très tôt un ou deux soirs de suite, quitte à avoir du mal à m'endormir. - J'évite toutes les causes annexes de frustration. L'arrêt du tabac m'a donné faim ? Pas question de rajouter la frustration alimentaire à la frustration nicotinique. Je ne fais attention à mon alimentation que quand je trouve ça facile, et je m'autorise à craquer autant qu'il faut. Pareil pour les achats (en brocante dans mon cas) : si un objet me fait hésiter, je bascule du coté de l'achat, parce que je trouve plus de plaisir à faire un achat idiot qu'à renoncer à un achat dont j'ai envie. - Quand j'ai du mal à travailler, je viens sur stoptabac.ch. Je tiens mon journal en mettant de petites notes sur le calendrier, et je le relis souvent. (Merci au passage aux concepteurs du site ; c'est un appui important pour moi). Bref, j'ai l'impression de mener à bien un grand projet et d'y consacrer beaucoup d'efforts, comme quand j'ai passé mon diplôme à la fin de mes études. Je suis confiant, mais j'ai vraiment hâte d'être sorti de la période difficile. Comme j'ai peur que l'arrêt du patch me fasse vivre une nouvelle période noire, la date est déjà fixée : ce sera dans un mois et demi, au début de mes vacances. Sauf s'il s'avère que ce n'est pas le bon moment, car je ne vois pas de raison de m'obliger à quoi que ce soit. Du moment que j'arrive à ne jamais refumer, il n'y a vraiment pas de honte à avoir sur la façon dont je m'y prend ! Je suis fier d'avoir arrêté, et tant pis s'il faut continuer les patchs un bon moment. Courage à tous ! Et pour les fumeurs : essayez, vous verrez qu'il y a beaucoup de plaisir à respirer librement, à sentir les odeurs de l'été, à se sentir libre, et à réussir un tel défi personnel ! Jo"
Catégories associées:

florence (38 ans) - Nationalité francaise - le 14 Janvier 2008
"Bonjour a tous, je suis une maman de 3 enfants, j'ai 38 ans et suis mariée. Tout pour être heureuse. Seulement, je fume depuis déjà 25 ans (2 paquets par jour) et j'ai donc décidé d'arrêter de fumer. J'en suis donc a 9 jours sans tabac, 104 euros d'économisés, 401 clopes pas fumées et 1jour + 18h de vie gagnée. Je suis fière de moi je me sens la PLUS FORTE DU MONDE et j'ai donc décidé de résister malgré les manques et les surprises. Je mets 1 patch 14 mg tous les jours. Le premier jour, j'ai ressenti une haine et une colère que je ne me connaissais pas (Du coup j'ai fait des travaux). Je peux relativement dire que ce n'est pas aussi difficile que je me l'imaginais. Mon plus gros soucis c'est : des aphtes pleins la bouches qui saignent a cause des patchs. Mais bon a bien y réfléchir, je crois que se n'est pas si méchants. Après 9 jours, je me sens bien, je ne dis pas que je n'ai pas de temps en temps envie de m'en griller une, mais je me fais à l'idée de ne plus y toucher, jamais. Pendant des années, j'ai eu peur de m'arrêter, comment je vais être sans tabac ? etc... Quelle perte de temps, aujourd'hui, je n'ai plus peur car se qui m'importe c'est d'être là longtemps pour les gens qui m'aiment et que j'aime et ils méritent ce sacrifice. Je vous souhaite à tous bon courage."
Catégories associées:

Isabelle (43 ans) - le 18 Juin 2007
"Ces quelques lignes pour que certains puissent encore croire qu'ils vont arriver à arrêter cette saloperie de cigarette. Voici maintenant presque 4 ans que je m'en suis libérée et presque 4 ans que je n'ai plus à subir l'esclavage que celle-ci. Je fumais beaucoup, en tout cas 40 cigarettes par jour, malade ou pas malade, c'était cigarette au saut du lit et jusqu'à ce que je m'endorme le soir. Les soirs de sortie, c'était parfois plus de deux paquets qui partaient en fumée. Je m'étais dit : je m'arrêterai un jour, c'est pas bon pour toi, etc... Quand j'ai voulu arrêter par ce que je me faisais honte et que je me sentais prise au piège, j'ai jonglé un bon moment. Plusieurs tentatives : j'ai commencé par les gommes à mâcher, comme je trouvais ça très dur, je combinais les gommes et quelques cigarettes par jour, puis après ça a été les patchs, là j'ai dépensé une fortune aussi car à chaque fois je n'étais pas vraiment prête et j'associais quelques cigarettes aussi au patchs quand j'éprouvais trop le besoin et l'envie de fumer. Jusqu'au jour où mon mari m'a félicité d'avoir complètement arrêté pendant trois jours (à l'aide de patchs également) et m'a dit : ce serait vraiment bête de t'y remettre car tu as déjà fait le plus dur... Et bien depuis, j'ai tenu, c'est vrai que les premières semaines, j'ai serré un peu les dents, que j'ai eu des moments un peu de déprime, que j'ai pris 3 kilos mais maintenant je suis LIBRE ! Je n'ai plus à m'inquiéter de devoir acheter ma drogue, plus à finter pour trouver un moment pour en griller une, j'ai bien meilleure mine, mes cheveux sentent bon, mes habits aussi et la maison également. On y gagne vraiment ! Tout ceci pour vous dire que cela vaut la peine de s'accrocher car à un moment donné, je me sentais tellement "accro" que j'en étais arrivée à me dire que je serais incapable d'arrêter de fumer un jour. A tous et toutes, bon courage !"
Catégories associées:

cécile (30 ans) - Nationalité Française - le 19 Février 2015
"RE BONJOUR à tous et toutes me revoici pour un nouveau petit post apres 10 jours de sevrage. Je reviens parmis vous pour vous faire partager mon experience, ainsi que mes "montagnes Russe" (oui c'est un peu l'etat dans lequel je me trouve depuis MA decision) Donc sous patch, et gums à mastiquer, les premiers jours furent comme je l'imaginais rude, euphorique, triste, en colère bref, totalement en dent de scie! (mon compagnon est fumeur) et même s'il s'est aménagé un petit coin pour ne pas trop me faire envie, il n'en reste pas moins que c'est tentant! il y a deux jours j'ai eu un ENORME coup de blues, l'envie de m'en "griller une" était tellement insoutenable que j'ai frôlé la catastrophe... ce jour là j'etais dans un état second, deprimée, agressive, argneuse je me voyais etre comme ça alors que pourtant ce n'est absolument pas dans mes habitudes! moi qui suis d'ordinaire joyeuse et bout en train!ce jour là, une vraie sorcière accariatre! bien evidement c'est mon conjoint qui a eu l'immense honneur de recevoir toute ma frustation en pleine figure! et après une bonne grosse dispute bien épicée, je me suis refugiée dans la cuisine ou trainait son paquet de cigarettes. Là je peux dire qu'un Vrai duel s'est alors installé! je l'ai regardé, je l'ai meme dévisagé, tourné autour, pris en main... pour finalement le snober! je suis retourné auprès de mon amoureux et là nous avons énormement discutés... Il faut savoir que lorsque nous prenons ce genre de decision, la rechute est un element qu'il ne faut pas mette de coté! j'en sais quelque chose car j'ai fait deux tentatives auparavant.. Et si je l'avais fumé cette cigarette lors de cette fameuse soirée? serait-ce pour autant que je n'ai aucune volontée? que je suis faible? NON! il faut arreter de s'auto dénigrer, ou bien dénigrer ceux qui ont justement craqué! ce que je peux juste dire à l'heure ou je pianote mais quelques ressentis, et ça avec tout mon coeur et toute ma certitude c'est que l'on peut y arriver! même si cela est très très difficile et nous parait insurmontable, ou peut y arriver!! Garder en tête que si nous avons pu tenir jusquà maintenant, les jours d'après sont possible! Je me dit en me levant chaque matin que jour après jour est une victoire; Je ne veux plus me projetter en me disant "je ne serai jamais plus fumeuse" NON mais bien, "aujourd'hui je ne vais pas fumer" jai bien réussi hier... à petit pas... et à mon rythme surtout! Je sais bien que chaque méthode est differente, j'apporte juste là juste mon humble temoignage, s'il peut aider quelqun, quelque part... moi je continue activement à venir lire les votres. Merci à ce forum qui m'aide enormement et qui est une vraie béquille au quotidien pour moi, et merci à vous de vous livrer comme vous le faites, car je sais que ce n'est pas evident de se raconter comme ça sur notre combat, nos rechutes, nos difficultés... à très vite j'espère. Bien à vous tous, toutes, Cécile"
Catégories associées:

patricia (43 ans) - Nationalité francaise - le 24 Juin 2004
"J'ai arrete depuis 3 mois et je fumais depuis 20 ans une douzaine de cigarettes par jour, un jour je suis allée chez le medecin pour un renouvellement de médicaments, et j'avais mal de gorge, en regardant ma gorge le médecin me dit que je dois consulter un ORL car j'ai le fond de la gorge nécrosé j'ai eu très peur et je n'ai jamais refumé depuis en m'aidant de patch et suivi par le centre anti tabac qui me soutient tres bien moralement, j'ai des moments un peu dur, ce que je regrette c'est de savoir que ce plaisir ne sera jamais plus présent, mais finalement le plaisir de fumer etait il à la meme hauteur que l'angoisse de la maladie?.... SI VOUS POUVIEZ ME CONTACTER JE SOUHAITE RECEVOIR DES TEMOIGNAGES D'ENCOURAGEMENT MERCI"
Catégories associées:

Jean-Pierre (42 ans) - Nationalité Française - le 31 Mars 2010
"Bonjour à toutes et à tous, je fumais depuis l'age de 15 ou 16 ans et suis en phase de "défummage" depuis 38 jours. Ca n'est pas évident car lorsque j'ai arrêté, je me suis posé des patch 16mg et mon organisme n'a pas trop apprécié ce changement brutal. Allergies à la colle des patchs, organismes totalement chamboulé, problémes d'ordres mictionnels (vessie, prostate) etc. J'ai donc arrêté les patchs également. Et depuis plus rien... Là, ça commence à aller un peu mieux et à la lecture de certains témoignages, il va de soit que je ne dois en aucune façon rependre la clope. J'ai trop fait le con quand j'étais plus jeune : les pétards à outrance, les clopes en veux-tu en voilà etc. Lorsque j'ai arrêté, j'étais à 25 WINSTONS rouges/jour. Et franchement, ça va je m'attendais à plus difficile. Mais je vais tenir le coup, je me connais, je suis un guerrier et je me suis lancé un défit ! J'avais déjà arrêté pendant 5 ans (de 30 à 35 ans) et j'avais repris suite à un décés dans ma famille : On se cherche toujours des excuses me direz-vous ! Mais bon, cette fois, je serais moins con je pense. Je ne vais pas attendre le pire ! Allez, à tous ceux qui "defumment" comme moi, tenez bon la rampe. On est plus fort qu'un rouleau de papier avec du poison dedans, non? A+ "
Catégories associées:

florence (52 ans) - Nationalité France - le 28 Février 2016
"bonsoir , j'ai trouvé ce site par hasard et j'en suis ravie de lire vos témoignages qui m'aident chaque jour . Aujourd'hui je me décide à raconter ma dépendance de ce tabac qui me prenait mon temps, mon argent et ma santé : je fumais depuis l'âge de 18 ans , à courir dans les bureaux de tabac , à dépenser sans compter pour ce poison : je suis heureuse d'avoir décidé seule et sans avoir dit à quiconque que j'arrêtais : je voulais prendre cette décision sans pression de mon entourage . quelle fut leur surprise quand j'ai annoncer progressivement aux autres mon arrêt : personne n'y croyait . ce qui m'a motivé : la naissance de mes 3 petits enfants , et le décès de mon papa .. Aujourd'hui ça fait 10 jours sans une seule cigarette , avec des patch et j'en suis ravie : je respire et vive la liberté !! merci de m'avoir lu et courage à vous tous : si j'y suis arrivée tout le monde peut : 20 cigarettes par jour et aujourd'hui 0. "
Catégories associées:

PASCAL (57 ans) - Nationalité FRANCAISE - le 05 Mai 2017
"Putain de clop Le collègue est parti hier à la retraite, avec ses Gauloises blanches filtres. Haleine de chacal, à 59 ans, sa femme doit se boucher le nez. Mère courage. Et les 300 euros par mois , 3500 par an, 160000 après 45 ans. Ça fait un beau petit appart en bord de mer pour la retraite, non ? Un matin, temps humide, tousse et crache par la fenêtre ouverte de la voiture. J'arrive plus à respirer. J'en fume une dernière et j'arrête, promis. Mais j'y crois vraiment 10mn, ensuite j'en repioche une dans le paquet , avec le café. C'est inconscient. Pas grave, j'arrêterais plus tard, promis. Putain de réunion de deux heures, je m'assoie près de la porte pour pouvoir sortir en griller une, en fait deux d'affilée, discrètement. On me regarde avec condescendance au retour, sans rien dire. Certain, je sens la clop à trois mètres. L'autre nuit, mauvais rêves. Je me lève et j'en reprends une devant l'ordi. Puis deux ou trois avant de me recoucher une heure après. L'appart va sentir la merde au réveil. Là, ça fait quatre mois que j'en ai pas retouché une, la première fois depuis 45 ans d'enfumage continu à un paquet et demi par jour. Patchs et bonbons à la nicotine sont devenus mes nouveaux amis. En réalité, je ne suis même pas vraiment motivé d'arrêter, juste le choix de continuer à vivre, un peu. Pour ma compagne, qui ne disait pourtant rien quand je me recouchais en puant de la gueule. "
Catégories associées:

Feel (57 ans) - Nationalité France - le 15 Janvier 2017
"Voilà exactement 76 jours (le 31/10/2016) que je n'ai pas touché une cigarette, enfin pas tout à fait puisque j'en ai refumé une la semaine d'après mais bizarrement elle m'a dégouté, fait regretter. Depuis je me porte beaucoup mieux corps et âme ! J'ai 57 ans et fumé pratiquement toute ma vie, voilà donc plus d'une quarantaine d'années que j'ai ingurgité tous les additifs inimaginables de la cigarette (presque naïvement). Les fois où j'ai commencé à m'inquiéter sur mon sort et songé à stopper la cigarette cela me paraissait tellement impossible, insurmontable que je laissais tomber de suite, mais malgré ça, au fond de moi je voulais vraiment arrêter (un drôle de sentiment) ! Et les années passaient encore et encore et je toussais encore et encore, je crachais mes poumons encore et toujours. Il y a quelques années j'ai retenté, j'y suis arrivé (3 semaines) et j'ai encore craqué même si j'étais fier de cette tentative, trois semaines c'est déjà beau ! L'année d'après j'ai retenté, encore seulement trois semaines, c'était encore beau mais hélas je ne résistais pas à l'appel de la cigarette. Aussi incroyable que cela était je me torturais (corps et âme) je me dégoûtais, me sentais minable et... lâche. Il fallait que la hantise cesse non pas sur cette cigarette mais ces cigarettes, tous ces matins et soirs à tousser une à deux heures à chaque fois, mal respirer une fois allongé (en toussant aussi) à essayer de s'endormir tant bien que mal après ces longs, très long sifflements pulmonaires. Le cauchemar était bien là, me rappelant au fil des jours que je devais avoir ma dose dans la poche pour la journée et quand l'hiver s'installait les bronchites étaient fidèles au Rendez-vous pour aller prier mon toubib de me donner l'ordonnance d'antibiotique afin de me sentir un peu mieux deux semaines plus tard en appréhendant la prochaine bronchite bien-sûr ! Pourquoi maintenant ? Je savais que ça serait très dur, je me suis souvent posé la question s'il n'y avait pas un secret, ce fameux secret pour arrêter de fumer (et d'ailleurs j'ai posé la question mais sans réponse), la motivation était là, la volonté toujours pas !!! Puisque je ne connaissais pas le secret, n'avais pas la volonté et qu'il fallait arrêter de fumer, j'ai juste fait un petit pas, me suis dit un petit mot... " Arrête " et voilà, il y a exactement 76 jours je me suis jeté dans grand le vide du non-fumeur comme un très grand saut à l'élastique, j'ai mis mon harnais patch (14mg/24h) les bonbecs à 4mg, la clope électronique à 11mg et c'était parti pour 1 jour, 2 jours, 3 jours. Incroyable, j'en suis à 76 !!! Chaque jour est une victoire, je ne compte pas les jours que je gagne dans ma vie mais ceux que j'ai accompli sans cigarette, ma santé est sans comparaison maintenant, je respire et dors comme un bébé, je ne pense plus à la cigarette ou du moins autrement, je la vois disons comme un encouragement à vivre sans, je n'ai plus de rappel à remplir ma poche de clope à chaque départ, plus peur des rhumes qui tombent en très mauvaises bronchites, c'est super ! C'est génial et finalement je n'ai jamais été lâche ou minable, je ne savais juste pas "arrêter " ... Aujourd'hui je ne me sers presque plus de la cigarette électronique, juste deux ou trois bouffées (6mg) matin et soir, pour le patch je ne le garde que quelques heures dans la journée et les comprimés (réduits à 2mg) mes suivent encore gentiment dans la journée et sans excès. Le secret ? Je l'ai enfin trouvé, ......... La volonté tout simplement !"
Catégories associées:

dany (54 ans) - Nationalité française - le 21 Janvier 2015
"Bonjour, moi j'ai arrêté brutalement le 12 janvier après la marche : "tous Charlie"; en effet défiler pour la liberté est une chose merveilleuse malgré la tristesse de l'événement et j'ai compris à ce moment là à quel point j'étais dépendante du tabac! cette dépendance me bouffait la vie ! j'ai déjà arrêté plusieurs fois : 2 ans, 6 ans, 1 an, 1 an et demi ! mais je replonge sur des coups de colère ! Là ça fait une semaine et j'ai craqué deux fois suite à des accrochages bénins avec mon époux ! Tout est prétexte à flancher ! deux cigarettes en une semaine c'est toujours mieux que 13 par jour ! mais je dois en rester là ! J'utilise des patch à 14 mg, deux gommes environ par jour à 2 mg, et un peu de vaporette manière ! Courage à tous on va y arriver en se soutenant ; mon souci actuel c'est le poids, déjà 500gr, et je rechute souvent à cause de ça....donc diététicienne sous peu."
Catégories associées:

nas (55 ans) - le 12 Septembre 2016
"BONJOUR ET POURQUOI JE L AI PAS FAIT AVANT ? AUJOURD.HUI JE ME POSE BETEMENT CETTE QUESTIOIN ?? UNE FOIS J AI ARRETTE LE TABAC SANS AUCUNE PREPARATION PSYCHIQUE NI ECONOMIQUE NI SOCIALE. ni alerte visible sur ma santé. APRES 32 ANS DE VIE DANS LE TABAC, ET POURTANT C EST CLAIR DE TROUVER LA SOLUTION : un raisonnement très simple qui est le suivant : JE REMPLACE UNE CIGARETTE PAR UNE GOMME DE NICOTINE DE 2 OU MEME 4 ML juste pour régler le problème de cette dépendance physique, je n ai rien a foutre de la dépendance psychosociologie- etc .... A 55 ans c est moi qui décide sur le mental sinon je mérite mème pas de vivre dignement... c etait la giffle matinale du 10 aout 2016..depuis je ne fais rien d autres que ne pas fumer pour le moment je me sent un homme qui peut prendre au moins une decision . je ne veux meme pas savoir si je vais mieux ou pas ..les bienfaits viendront apres , peu importe.. le plus important pour moi j ai vaicu le tabac."
Catégories associées:

Mô Singh (52 ans) - Nationalité Canada - le 25 Octobre 2017
"Bonjour à tous, J'ai décidé de faire un témoignage sur mon arrêt de tabac. J'ai essayé plusieurs fois. Ma plus longue période d'abstinence a été de 6 mois en 2002. J'ai recommencé à fumer la veille de mon mariage à Bali. Je n'étais pas une vraie fumeuse. J'ai commencé à fumer à 29 ans en France. Quelle idiote j'ai été. Dernièrement, après une visite chez le médecin, elle m'a dit : tout va bien. Je me suis donc dit arrêtons pendant que ça va bien. Aucun problème de santé à part le souffle court très souvent. J'ai donc décidé de me prendre un entraîneur privé 4 fois par semaine car j'aime m'entraîner depuis toujours, mais depuis trois ans j'avais perdu le goût de tout. Donc, après trois semaines d'entraînement intensifs, mon souffle manquait. J'adore m'entraîner avec mon coach, mais j'avais l'impression que je n'arrivais pas à me surpasser. Alors j'ai dis ça suffit. Le 28 août dernier j'ai mis une patch et je n'ai pas retouché une cigarette depuis 58 jours et je sais que cette fois c'est la bonne. Aucune envie de fumer. Aucune crise. Rien et pour vous encourager j'ai perdu 17 livres en presque trois mois d'entraînement et ce n'est pas terminé. J'ai toujours bien mangé, je n'aime pas le jus, le sucre, les gâteaux... donc si je peux vous encourager surtout les femmes, car c'était mon angoisse de prendre du poids, entraînez-vous ! Bougez. Marchez tous les jours et vous ne prendrez pas un kilos si vous faites attention. J'en suis la preuve et c'est ce qui en autres me motive pour ne plus jamais fumer. L'entraînement et une saine alimentation. Alors je continue et je vous souhaite d'être aussi persévérant que moi dans cette quête de ne plus jamais fumer, cette fois-ci je l'ai fait pour moi et pour personne et je crois que la différence cette fois-ci c'est ça, arrêter de fumer pour soi et non pas pour plaire à son mari ou à une autre personne. Bonne chance! Je vous reviendrai quand j'aurai atteint mon 6 mois d'abstinence, mais je ne sais pas pourquoi au fond de moi je sais que je ne toucherai plus jamais à une cigarette. Bonne journée. Avec toute mon amitié. Mô"
Catégories associées:

Anonyme (56 ans) - Nationalité français - le 18 Décembre 2017
"je me suis arrêté de fumer grâce à Nicorette 2mg que j'ai utilisé durant plusieurs années , croyant être dépendant à Nicorette. Un jour , une amie qui avait arrêté sur mes conseils avec Nicorette m'a dit qu'elle avait substitué Nicorette par un chew gum normal , sans aucun "manque". Je n'y ai pas cru au départ mais quelle ne fut ma surprise de découvrir après coup qu'elle avait raison. Vous pouvez substituer sans problème Nicorette par un chew gum normal sans aucun "manque"!!!! Quelle belle découverte pour moi!! Bonne chance ! Cela vaut le coup!!!!! "
Catégories associées:

audrey (39 ans) - Nationalité France - le 21 Décembre 2017
"Bonjour à tous; j'ai arrêté de fumer ça fait un mois;et vos témoignages m'aide chaque jours. Ils me motivent encore plus à ne plus jamais fumer. J' ai commencé vraiment à fumer tous les jours à 16 ans jusqu' à il y à un mois ou j'ai été chez mon docteur pour une prescription de patchs et nicorette. A préciser que c'est rembourser par la caisse. Je fumais 1 paquet par jour des années dès le matin jusqu'au soir avant d'allé me coucher. Et pendant mes 3 grossesses. Je savais que j' avais un bébé dans le ventre et pourtant il me fallait ma drogue. Heureusement mes enfants n'ont rien. A peine j'allais au lit ce voile qui me faisait tousser et toussait pendant 30 minutes; jamais de confort en allant me coucher ;toujours cette toux. Aujourd'hui ça fait un mois passé et je ne tousse plus le soir en allant me couché; je respire à fond; je me sens tellement bien ce que je n'éprouvais pas avant. Après chaque repas je me lave tout de suite les dents. Je me suis acheté aussi des bonbons à la menthe; c'est agréable d'avoir une bonne haleine. Plus de café; tout ce que je faisais en fumant café cigarette.... je l' ai supprimé. Plus de café; je ne regarde plus de film je lis un livre dans mon lit à la place. Voilà je vous raconte mon début de vie sans cigarette et je vous encourage tous à arrêter car c'est vrai qu'on peut vivre sans cette drogue il faut vraiment le vouloir. Et ne pas attendre d'avoir une maladie pour arrêter. Je sais aujourd'hui que plus jamais je ne fumerais. Pour moi ce qui ma vraiment aider c'est de changer toutes les habitudes que j'avais avant et les substitut patch m'ont aidé aussi. Mon mari a arrêté aussi; en me voyant tellement bien je l' ai motivé. Et on n'a jamais fumer dans la maison avant j'en avait marre à ne de sortir dehors quand il faisait froid pour fumer. "
Catégories associées:

Valérie (52 ans) - Nationalité Française - le 18 Février 2019
"Bonjour, après près de 40 de tabagisme, de nombreux arrêt entre 1 mois et 6 mois, après une très longue période de "je veux arrêter", de "j'arrête lundi" je viens d'y parvenir. Certes cela fait 3 jours sans cigarettes, ce n'est rien, mais j 'ai l'impression que mon corps est arrivé à saturation et mes dernières cigarettes ne me semblaient plus agréables. Donc j'ai fumé mes 6 dernières et je ne suis plus allée au tabac. C'était vendredi dernier, j'ai passé le week end patché et avec les gommes à mâcher et à sucer. C'est difficile certes, surtout après les repas, et étant une femme très peur de prendre du poids. Il faut arrêter le café de surcroît donc c'est compliqué mais la volonté est là je pense bien accrochée. Je souhaite vraiment que c'est ma dernière tentative et que se sera un succès"
Catégories associées: