Les techniques de motivation

TYPES D'INTERVENTION
Pour aider les gens à arrêter de fumer, certaines méthodes restent très utilisées, bien que la recherche scientifique ait démontré depuis longtemps qu'elles ne fonctionnent pas. Par exemple, les indications données par un professeur dans une salle de cours n'ont aucune chance d'être efficaces, et ceci est particulièrement vrai pour les adolescents. De manière générale, les personnes souhaitant arrêter de fumer (ou de prendre une autre drogue) ont besoin de prendre leurs décisions elles-mêmes, sur la base de leurs propres évaluations de la difficulté de la tâche, des avantages et des inconvénients d'un changement de comportement, etc.

Une autre stratégie qui ne fonctionne pas est de chercher à éduquer les gens à travers la confrontation. Un thérapeute ou un professeur qui assène sa vérité à des personnes "coupables" d'un comportement jugé déviant n'a aucune chance de réussir.

D'autres techniques sont plus prometteuses. Par exemple, l'intervention de l'époux ou l'épouse peut aider une personne à changer son comportement. D'après le groupe de chercheurs de la Cochrane Collaboration, qui utilise des critères d'analyse rigoureux, l'efficacité de ce type d'intervention (behavioural marital therapy) n'est toutefois pas prouvée de manière définitive.

Enhancing partner support to improve smoking cessation (Cochrane Review, 2004)

Les mêmes chercheurs de la Cochrane Collaboration, après avoir passé en revue une cinquantaine d'articles scientifiques sur le sujet, ont estimé que les "thérapies de groupe" étaient utiles dans le cadre de l'aide à l'arrêt du tabac. Mais travailler à plusieurs n'est pas toujours plus efficace qu'assister à des entretiens individuels: ce sont le contenu et la structure des discussions qui sont déterminants. Un exemple de travail de groupe très structuré est le plan de 5 jours, qui a généralement montré de bons résultats.

Group behaviour therapy programmes for smoking cessation (Cochrane Review, 2004).
Message 026: Le plan de 5 jours


CONTENU DES INTERVENTIONS
Pour aider les gens à arrêter de fumer, certains thérapeutes mettent l'accent sur les outils que l'on peut acquérir (skills training), alors que d'autres préfèrent renforcer la motivation proprement dite (motivational therapy). En caricaturant un peu, les tenants de la première théorie estiment qu'arrêter de fumer, c'est quelque chose qui s'apprend. Alors que les seconds pensent que les gens consomment des drogues parce qu'ils n'ont tout simplement pas envie de faire autrement (leur envie d'arrêter de consommer la drogue en question reste moins forte que le plaisir qu'ils en retirent). De plus en plus, la communauté scientifique admet que les deux choses sont importantes, et le site stop-tabac.ch a toujours essayé d'intégrer ces deux approches.

Un bon thérapeute doit être en moyen d'apporter quelques outils à la personne qui le consulte: techniques de relaxation, savoir dire "non", maintenir et développer ses relations, gérer la colère, gérer les crises, résolution de problèmes, être sûr de soi, etc. Ces outils servent notamment à gérer l'anxiété et le stress, à exercer la maîtrise de soi, et à réduire les risques de rechute.

Sur le plan motivationnel, le thérapeute doit être passé maître dans l'art de l'écoute attentive de la personne qui vient le voir. Car ses conseils doivent se fonder très précisément sur ce qu'on lui dit. Il doit pouvoir rester neutre et accepter que la personne montre de l'ambivalence par rapport à l'envie d'arrêter de fumer. Il doit lui demander de formuler les aspects positifs et négatifs de son tabagisme et corriger - sans juger - les éventuelles erreurs objectives. Il doit essayer de déterminer si la personne est prête pour le changement, et si elle est "compétente" pour le faire. Les jugements de valeur et les critiques non-constructives sont bien sûr à éviter. Un autre point important est de découvrir quels sont les renforçateurs positifs et négatifs de la personne qui consulte, et de lui demander de fixer une date d'arrêt du tabac.

Message 035: Renforçateurs positifs et négatifs du tabagisme

Fixer sa date d'arrêt (entrée dans le module d'accompagnement de l'arrêt du tabac)


Pour motiver leurs patients, les anglophones utilisent parfois ce qu'ils appellent les 5R (il existe plusieurs variantes, les francophones parlent parfois des 3E : écoute, évaluation et éducation à l'arrêt):
o Relevance: toute discussion doit tenir compte de ce que la personne vit en ce moment (consommation de substances, maladies, histoire médicale)
o Risks: il faut tenir compte du risque de maladie mais aussi du risque d'exacerbation de maladies existantes
o Rewards: mettre en avant les bénéfices du sevrage, sur le plan du bien-être médical, financier et psychosocial
o Roadblocks: identifier les obstacles qui pourraient empêcher la progression vers le sevrage et établir des stratégies pour les dépasser
o Repetition: ne pas hésiter à refaire le travail plusieurs fois de suite, surtout si le patient n'est pas très motivé au départ

L'Entrevue motivationnelle: un guide de formation (document en français, le reste du site est en anglais)


Enfin, il est important de comprendre que la motivation à l'arrêt du tabac n'est pas donné une fois pour toutes, mais fluctue d'un moment à l'autre, parfois de manière cyclique. D'après des théories psychologiques, on peut subdiviser en 5 stades la progression d'une personne fumeuse, depuis le moment où elle ne pense même pas à arrêter jusqu'à son arrêt complet du tabac, des rechutes étant possibles. L'équipe de stop-tabac.ch a rédigé des brochures pour répondre aux questions que l'on peut se poser lorsque on se trouve dans l'un de ces stades de changement (une sixième brochure est conçue pour les rechutes éventuelles).

Message 034 LES STADES DE CHANGEMENT (PROCHASKA)

Les brochures de stop-tabac.ch (commande gratuite pour la Suisse, gratuite + frais d'envoi pour la France)


Références scientifiques :
Integrating Skills Training and Motivational Therapies: Implications for the Treatment of Substance Dependence, Journal of Substance Abuse Treatment, Volume 17(1-2) pp. 15-23 1999
JS Baer, DR Kivlahan & DM Donovan
Treatment motivation: An attempt for clarification of an ambiguous concept. KH Drieschner, SMM Lammers & CPF van der Staak. Clinical Psychology Review 23(8), pp. 115-1137 (2004).