Témoignages

Sport

Luc (35 ans) - Nationalité Française - le 12 Septembre 2005
"Bonjour à tous, Alors voila, j'ai commencé à fumer à l'age de 14 ans ; pas pour faire comme tous les copains non, comme ça parce que je pensais à l'époque qu'être fumeur c'était "cool" et ça donnais un air "viril", sûrement à cause d'un genre de complexe et puis il faut dire que je vivais dans un environnement de fumeurs. Enfin bref, toujours est-il que je m'étais dit que je serais fumeur comme d'autres se disent qu'ils seront pilotes ou pompiers et donc un après midi ensoleillé, je suis simplement allé acheter mon 1er paquet en me disant que c'était le jour pour commencer, alors que jamais auparavant je n'avais fumé. Je peux vous assurer que j'ai trouvé ça infect mais je me suis forcé et bien sûr, très vite, je suis devenu "un homme". Je sais c'est idiot mais il y a mieux...ou pire tout dépends du point de vue ; en effet, il faut savoir qu'à l'époque j'avais un talent certain pour le sport, tous les sports mais en particulier l'athlétisme ou je brillais particulièrement dans des disciplines telles que le 400 m ou le demi fond. A cette époque, je ne crois pas que je savais, même vaguement, à quel point la cigarette "tue" le souffle et donc, très vite il a fallu faire un choix : cigarette ou sport. J'ai choisi cigarette. Il faut comprendre que dans mon esprit, cigarette à toujours été associé à fiestas, copains, nanas (je m'excuse pour les féministes mais ici "nana" n'a pas un sens péjoratif :-) aventure etc. et cela collais bien avec mon tempérament. C'est c.. mais c'est des associations idiotes qu'on fait comme ça et qui nous tiennent au corps. Enfin bref, il y a peu, jai eu un coup dur assez énorme dans le style, jai perdu mon travail, mes amis, les nanas (voir plus haut) largent, mes rêves etc. bref le cauchemar et tout ça en moins de 3 mois. Sen est suivi une monumentale dépression et une augmentation considérable de ma consommation "clopes". Donc on essaye de sen sortir, on tourne en rond et on coule un peu plus tous les jours jusqu'à ce quon décide quil faut absolument "faire quelque chose" ; pour ma part jai décidé de faire le plus dur : Arrêter de fumer (et là arrivent les énormes moments de stress). Deux jours avant lidée même de me passer de clope pendant une journée entière meffrayais au plus haut point. Jai même fait un test de motivation sur stop-tabac pour voir si jétais prêt, résultat : dépendant à plus de 9 sur 10 !!! Ca allait être très très dur. En plus je savais quil est déconseillé darrêter dans un état dépressif ; il faut dire que moi jétais super mal mais bon je me suis dit quil fallait. Je suis passé chez mon médecin qui ma conseillé le Buprobion (Zyban - en me disant de surtout ne pas insister dans mon état si ça ne prenais pas), jai pris et ça a sûrement du maider mais jen ai bavé grave J. Il faut le dire ça à été super dur et jai eu des moments de panique intenses mais je voulais tenir et jai tenu jusqu'à ne plus ressentir le manque. Sûrement que le médicament ma aidé mais ma volonté à fait le reste et je suis plutôt super content de moi. Grâce au sport, pratiqué nuit et jour suivant les états de manque ou nerveux, jai même perdu 2 kg durant mon sevrage. Jai aussi réussi à tout le temps contrôler mes nerfs durant mes moments de manque (moi qui était devenu super agité). Le plus marrant dans lhistoire cest que jai toujours adoré fumer, je veux dire, jadorais ces moments clopes et toutes les associations idiotes qui vont avec style : clope café, clope alcool, clope détente, clope sexe, clopes contemplation, clopes fiestas etc. Le pire cest que ma motivation pour arrêter na pas été la peur ou la santé ou largent, ou la maladie ; non rien de tout ça, je voulais juste me prouver que je pouvais ; peut être même que je re fumerais un jour mais "now, jarrête". Aujourdhui, je vois parfois des gens fumer leur cigarette avec leur café assis avec un air contemplatif et ça me fait sourire, je sais le moment privilégié que cest pour eux mais je ne les envie plus et ils ne me gênent pas ; moi aussi je sais maintenant avoir ces moments privilégiés mais sans tabac. Alors voilà, cest ma petite histoire et si vous en êtes à cette phrase, cest que je peux vous remercier de lavoir lue. Je ne forcerais jamais personne à arrêter contre son gré mais si jai pu vous aider alors cest cool. Amicalement, Luc"
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ? Evaluation moyenne: 9 (197 votes)
peu intéressant
très intéressant
 
votre note:
   

Autres témoignages pour Sport: (cliquez sur Note ou Date pour trier)
Prénom: Note: Date:
Christelle  10 17 Février 2016
CORINNE  9 10 Janvier 2009
Anonyme  9 15 Septembre 2008
Luc  9 12 Septembre 2005
Olivier  9 06 Septembre 2005
Elisabeth  9 18 Mars 2003
dominique  8 17 Février 2016
Sabrina  8 13 Mars 2015
Éric  7 17 Février 2016
Afficher les 9 témoignages